Adénomyose utérine : comment la reconnaître ?

Adénomyose utérine : comment la reconnaître ?

Si l’adénomyose, qu’on appelle aussi endométriose interne, est une pathologie qui touche 11 à 13% des personnes menstruées, elle n’est pas pour autant connue de tous.tes … Cette maladie utérine peut pourtant toucher votre fertilité et s’accompagner de symptômes tels que des règles abondantes ou de dysménorrhée. Ce ne sont pour autant pas les seuls symptômes de l’adénomyose ; comment diagnostique-t-on une endométriose interne ? Quelles en sont les causes et quels traitements sont possibles ? REPEAT répond à toutes tes questions dans cet article.

 

L’ADÉNOMYOSE : SYMPTÔMES, CAUSES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

Qu’est-ce que l’adénomyose exactement ?

Pour bien comprendre ce qu’est l’adénomyose, il est important de comprendre l’anatomie des personnes menstruées et notamment de l’utérus. En temps normal, la paroi interne de l’utérus est tapissé d’une muqueuse qu’on appelle endomètre ; c’est cette même muqueuse utérine qui s’épaissit en vue d’une fécondation de l’ovule mature, et qui s’évacue au moment des règles via le col de l'utérus, s’il n’y a pas de grossesse. C’est d’ailleurs cette évacuation de l’endomètre au début de la phase folliculaire qui provoque les saignements menstruels.

Dans le cas d’une adénomyose, les cellules qui composent l’endomètre ne tapissent pas seulement les parois de l’utérus ; elles s’infiltrent dans le muscle utérin jusqu’à atteindre une paroi appelée myomètre. En conséquence, le myomètre devient plus épais, ce qui provoque une augmentation du volume de l’utérus.

Adénomyose et endométriose : quelles sont les différences ?

Si on définit souvent l’adénomyose comme une endométriose interne, ces deux pathologies sont pourtant différentes. Cette assimilation tient du fait que l’adénomyose comme l’endométriose sont des pathologies de migration de cellules de l’endomètre vers d’autres parties du corps que les parois internes de l’utérus. On associe aussi parfois l'adénomyose à des fibromes utérins.

Ainsi, les cellules de l’endomètre migrent vers le muscle utérin dans le cas d’adénomyose utérine, et vers la vessie, les ovaires, le rectum, les intestins, et toutes les zones en périphérie extérieure de la cavité utérine, dans le cas d’endométriose.

Il est donc possible de présenter une adénomyose mais pas d’endométriose, ou inversement, mais aussi une adénomyose et une endométriose dans 6 à 20% des cas. Le traitement des deux pathologies peut aussi différer selon l’étendue des tissus touchés.

Par ailleurs, il existe deux types d’adénomyose :

  • l'adénomyose diffuse qui se développe dans plusieurs parties de l’utérus, voir tout l’utérus, et qui est par conséquent, plus difficile à traiter.
  • l’adénomyose focale qui se développe dans un foyer très localisé de l’utérus

Dans les deux cas, elle peut être plus superficielle ou plus profonde.

 

Connaître les différentes causes de l’adénomyose

Il existe une corrélation entre  c'est lié l’hyperoestrogénie, c’est-à-dire une surproduction d'œstrogène, et l’adénomyose. C’est en effet cette surproduction hormonale qui va stimuler la production d’endomètre plus que la normale, et va ainsi lui permettre de proliférer dans l'utérus.

Cependant, l’origine de cette hyperoestrogénie est encore mal définie. Elle se retrouve cependant chez les patient.e.s qui :

  • ont une hyperplasie endométriale, soit un endomètre déjà bien développé
  • ont eu plusieurs grossesses
  • ont présentés des anomalies du placenta

Il pourrait également y avoir une certaine prédisposition génétique à l’adénomyose.

 

Les symptômes de l’adénomyose

Même si l’adénomyose est considérée comme bégnine, les symptômes peuvent, eux, se révéler plus ou moins douloureux. En effet, une personne atteinte d’adénomyose peut provoquer :

  • des règles abondantes et longues (plus de 7 jours), qu’on appelle des ménorragies ; on vous conseille vivement de porter une culotte menstruelle qui améliorera votre confort dans le cas de saignements abondants
  • des douleurs importantes pendant le cycle menstruel et en particulier pendant les règles (dysménorrhée)
  • des métrorragies, soit des pertes de sang significative en dehors de la période de menstruations
  • des douleurs pelviennes tout au long du cycle menstruel
  • des douleurs pendant les rapports sexuels

Pour autant, l’adénomyose utérine est asymptomatique dans 30% des cas.

 

Comment fait-on le diagnostic de l’adénomyose utérine ?

Dans de nombreux cas, tu découvre qu’on est atteint.e d’adénomyose quand tu décides de tomber enceint.e. En effet, cette pathologie augmente le risque de fausses couches … Et pour cause, avec l’adénomyose, l’utérus n’est plus vraiment triangulaire et la zone de jonction entre l’endomètre et le myomètre est souvent trop épaisse ; l’embryon ne peut alors pas s’y implanter, faute de place.

Il ne s'agit pas d'infertilité pour autant, puisque l'ovulation est toujours fonctionnelle. 

Ce seront des examens d'imagerie de gynécologie qui vont permettre de poser le diagnostic, et de définir le type d'adénomyose. Les différents examens fait par le gynécologue peuvent être :

  • Une échographie pelvienne par voie vaginale
  • Une IRM pelvienne
  • Une biopsie du muscle utérin (prélèvement)
  • Une hystéroscopie

 

Comment traiter l’adénomyose ?

Le traitement dépendra de l’ampleur de l’adénomyose et de ton désir ou non de grossesse. En effet, dans le cas de souhait de grossesse, un traitement sera mis en place pour limiter l’épaississement des tissus de l’endomètre, comme :

  • Une contraception avec un stérilet hormonal, qui va délivrer de la progestérone en continu et donc réduire l’endomètre, agissant ainsi comme un traitement hormonal
  • Un traitement médical de médicaments anti-hémorragies pour éviter notamment une anémie avec la perte de sang abondante
  • Un couplement de traitement appelé GnRG et add back therapy qui permettent de mettre les cellules de l’endomètre au repos, permettant d’augmenter les chances de grossesse dans une fenêtre de 3 à 6 mois
  • Une embolisation des artères utérines pour diminuer les pertes de sang menstruel

S’il n’y a pas de souhait de grossesse, et l’adénomyose est importante et profonde, il existe également un traitement radical : l’hystérectomie. C’est une intervention chirurgicale qui consiste en l’ablation de l’utérus. On peut aussi faire une endométrectomie, un traitement chirurgical alternatif qui consiste en l’ablation de l’endomètre.


Laissez un commentaire