Règles noires : faut-il s'inquiéter ?

Règles noires : faut-il s'inquiéter ?

Les règles peuvent être une vraie surprise à chaque cycle menstruel ; on pense les connaître quand tout d’un coup, cela change. Parfois cela est anodin, mais parfois cela peut sembler un peu plus inquiétant, comme des règles noires. Pourtant, ces pertes marrons ou noires ne sont pas problématiques si elles ne s’accompagnent pas d’autres symptômes comme des odeurs désagréables ou des douleurs pelviennes. Cela reste cependant assez intriguant, on te l’accord. C’est pourquoi REPEAT met la lumière sur ce que les règles de couleurs sombres signifient.

POURQUOI LE SANG DE MES REGLES EST NOIR ?

Les règles noires sont souvent assimilées aux pertes marrons ou aux pertes brunes. La couleur varie du bordeaux foncé au noir, en passant par le marron. Dans la plupart des cas, c’est un mélange de sang, de sécrétions vaginales et de caillots issus de l'endomètre. Sa couleur foncée est due, elle, à l’oxydation du sang ; quand le sang menstruel entre en contact avec l’air, on dit qu’il s’oxyde et il s’assombrit. Cela arrive quand le sang des règles stagne dans le vagin avant de s’écouler.

Rien de grave, mais il en résulte des pertes gluantes et foncées, sans odeurs nauséabondes.

D’où viennent les règles noires et quand est-il normal d’en avoir ?

Il y a différentes situations dans lesquelles il est possible d’avoir des règles noires. Par exemple :

  • Au début ou à la fin des règles, car quand les menstruations sont peu abondantes, le sang peu s’attarder dans le vagin le premier jour ou le dernier
  • Pendant la période d’ovulation, à cause des fluctuations hormonales (hormone lutéinisante, progestérone, œstrogène…). Il s’agit plutôt d’un spotting du à l’ovulation.
  • Avec une contraception hormonale mal adaptée, comme une pilule dont le dosage ne te correspond pas. Cela peut provoquer de légers saignements tout au long du cycle menstruel
  • S’il y a une inflammation du col de l’utérus
  • A cause du stress qui peut créer une perturbation au niveau des hormones

Si cela ne nous est jamais arrivé, il est vrai que les règles noires peuvent alarmer. Mais cela est bien plus fréquent que l’on ne le pense, et les menstruations foncées ne présentent aucun danger.

Faut-il s’inquiéter en cas de règles noires pendant la grossesse ou la ménopause ?

En début de grossesse, on constate très souvent de légers saignements que l’on appelle règles anniversaires. Ces pertes marrons sont dues à une fluctuation hormonale en lien avec la nidation. Elles sont donc normalement sans danger. Cependant, si ces sécrétions vaginales changent d’apparence ou deviennent plus abondantes, il faut rapidement alerter un médecin, gynécologue ou sage-femme.  

Il arrive également que des règles noires surviennent à l’approche de la ménopause, que ce soit à la préménopause, quand le cycle menstruel devient irrégulier, ou à la périménopause, quand les règles s’arrêtent progressivement. Les niveaux de progestérone font les montagnes russes, provoquant tantôt des règles abondantes, tantôt des règles au flux faible, qui peuvent être noires, toujours à cause de l’oxydation du sang. Ce n’est qu’après un an de ménopause confirmée (postménopause), soit un an sans règles et sans activité des ovaires, que le corps s’adapte à ce nouvel équilibre hormonal. Cependant, si des pertes marrons persistantes sont observées avec l’interruption confirmée du cycle menstruel, il s’agit de symptômes demandant une consultation chez le gynécologue.

Est-ce qu’il faut un consulter un médecin en cas de règles noires ?

Comme évoqué, les règles noires ne sont, en principe, pas alarmantes… tant qu’elles ne sont pas accompagnées par d’autres symptômes tels que fortes odeurs, fièvre ou douleurs dans le bas-ventre.

Dans le cas d’un autre symptôme, il est conseillé de consulter un.e gynécologue ou un.e sage-femme, notamment si :

  • Tes règles sont noires ET douloureuses avec des douleurs pelviennes et/ou des démangeaisons ou sensations de brûlures. Cela peut-être un signe de complications si tu es enceinte, comme une fausse couche ou une grossesse extra-utérine. Il peut également s’agir d’une pathologie de l’utérus bégnine comme un polype ou un fibrome, ou encore d’une inflammation ou infection de l’utérus
  • Tes règles sont noires ET nauséabondes. Les règles aux mauvaises odeurs sont très souvent révélatrices d’une infection comme une mycose, une vaginose ou une maladie sexuellement transmissible (MST / IST)

Quels sont les traitements pour des règles noires ?

Si vos règles noires nécessitent une consultation, le praticien te prescrira très certainement un frottis ainsi qu’un prélèvement de sécrétions vaginales, voir une échographie si nécessaire. Le traitement sera donc différent selon le résultat de ces analyses.

Il peut s’agir d’un ajustement de contraception hormonale, ou même d’un changement de contraception (de la pilule au stérilet par exemple). Cela peut aussi être une prescription d’antibiotiques ou d’un traitement antifongique (crème ou capsule vaginale).

Dans tous les cas, ne faites pas de douches vaginales en cas de règles noires, même si elles sont malodorantes. Cela détruit la flore vaginale et, contrairement à ce que l’on peut penser, aide à la prolifération de mauvaises bactéries qui sont à l’origine des infections et mycoses … et donc des mauvaises odeurs.

Quelles protections menstruelles choisir en cas de règles noires ?

Même si les règles noires ne sont pas inquiétantes dans la majorité des cas, elles peuvent être problématique au niveau du confort ressenti. Pour rester au sec pendant ses règles, il est conseillé d’utiliser une protection hygiénique externe, car l’utilisation de tampons est déconseillé en cas de règles noires, à cause du flux trop peu abondants de celles-ci.

Pour être confortable et se sentir bien dans son corps, rien ne vaut une culotte menstruelle : discrète et esthétique, elle te garde au sec jusqu’à 12h, sans fuites ni odeurs. De plus, elle est lavable en machine et réutilisable à chaque cycle ; une protection menstruelle économique et écologique en somme.


Laissez un commentaire